Un podium certes mais Bruno reste sur sa faim!

RÉGIONAL DES VIGNES – RÉGNIÉ-DURETTE – 24 MARS

Un podium certes, mais Bruno reste sur sa faim !

Certes, Lady Waoo monte une nouvelle fois sur un podium avec une troisième place dans la classe F14. Mais bon, globalement Bruno Corsin ne cache pas rester un peu sur sa faim.

« Je pense sincèrement que le pilote et la voiture peuvent aller plus vite ! La boîte et le moteur nécessitent à être profondément mécaniqués. Ils sont entre les mains de Pipo. Du coup nous ne serons pas au départ du L’anguison du côté de Corbigny (58). C’est ennuyeux dans la perspective de la Finale à Chalon.
Actuellement à la 16ème place du Comité Régional Bourgogne-Franche-Comté, nous sommes pour l’instant sur la liste des qualifiés. Position qui changera certainement après le 8 avril en raison de notre absence dans la Nièvre. En revanche nous serons aux « Gueules Noires » à Montceau. Il ne faut rien lâcher ! »

 

À Régnié, face à un plateau dense et relevé, avec un Risaletto survolant le groupe et la classe sur sa Clio Maxi, (le garçon s’est offert Pezzutti au volant sa 306 Maxi Gr A, terminant 4ème derrière les trois R5 Skoda Fabia de Rampo, Puppo, Bisson) Lady Waoo navigue de manière régulière, durant les 6 spéciales, entre les 10ème et 13ème places au général.

Mais le trio avec Cédric Hugonnot aux notes commence par des soucis, avec de nouveau des coupures « moteur » durant les deux premières épreuves chronométrées. Malgré ce problème récurrent, Bruno parvient l’exploit d’éviter un faux rythme et de limiter la casse. À l’assistance, l’équipe de Guy Chirat règle définitivement le mal, changeant radicalement les réglages.

Deuxième boucle, les chronos progressent. Une joie de courte durée, car les adversaires, les bougres, copient Lady Waoo en la « copiant » ! Deuxième galère, Bruno rejoint l’assistance sans embrayage. Diagnostic, la boîte de vitesses se dévisse lentement mais sûrement du bloc moteur, endommageant dans sa course folle les joints spi des cardans. Les mécanos remettent de l’huile de boîte, espérant que Lady Waoo puisse rejoindre à bon port l’arrivée, après deux ES de 4 et 8 km.

« Il n’aurait pas fallu 1 kilomètre de plus ! La boîte pissait l’huile par les cardans s’accompagnant d’une dégradation des performances du moteur. Malgré tout je pense que nous aurions pu nous emparer de la deuxième place de la classe et par la même occasion de la troisième du groupe. Romain Bouchard termine à 15 secondes sur sa Xsara. Pour cela il faut aller plus vite, avec un moteur plus performant et en freinant plus tard ! Mais bon, quand tu déboules à 140 km/h face à la forêt, il faut oser… J’ai confiance dans ma voiture et avec les freins que j’ai, je peux y aller. C’est une histoire de gros cœur… et d’âge peut-être ? »

Jean-Philippe AURAY

Photos : Fabrice Morello – TLPX

Partagez cet article

Google+ Linkedin @Email to